Comment bien préparer un rendez-vous gynécologique ?

 

Le rendez-vous gynéco est une étape essentielle dans la vie d’une femme et des personnes ayant des organes génitaux dits féminins (eh oui, même si on aimerait s’en passer). Parce que notre santé sexuelle ne doit pas être négligée, il est important de consulter un spécialiste chaque année. C’est pourquoi, il nous semblait important de vous donner toutes les clés pour bien préparer votre rendez-vous gynécologique afin que tout se passe pour le mieux !

 

Quel est le but d’un rendez-vous gynécologique ?

 

Le suivi gynéco sert avant tout à diagnostiquer et traiter toute maladie liée à l’appareil génital (utérus, vagin, vulve, clitoris, ovaires, etc.) et aux seins. Il permet ainsi de dépister des maladies sexuellement transmissibles, des cancers gynécologiques, des maladies chroniques (endométriose), des cancers du sein... (rien de cool dans tout ça, mais quand c’est possible il vaut mieux prévenir que guérir).

La gynécologie a également pour but de suivre la physiologie classique : règles, ménopause, contraception, sexualité.

Pour tout ce qui touche à la grossesse et à l’accouchement, on parle plutôt d’obstétrique, mais il s’agit bel et bien de gynécologie.

 

Pourquoi préparer son rdv gynécologique ?

 

Le rdv gynéco, c’est un passage presque évident pour plus de la moitié de la population. Pourtant, de nombreuses personnes le redoutent, voire même l’esquivent par peur des violences (c’est votre cas aussi ?). En effet, les violences gynécologiques et obstétricales sont une réalité que l’on ne peut plus nier.

Le 19 novembre 2014, le hashtag #PayeTonUtérus a été lancé sur Twitter et en quelques heures seulement, plus de 7000 personnes l’ont utilisé pour témoigner du sexisme et des violences subies dans le milieu gynécologique.

Des commentaires déplacés sur le physique aux agressions sexuelles en passant par des examens vaginaux pratiqués sans consentement, ce sont toujours les mêmes qui subissent ! Ce n’est donc pas étonnant que plusieurs personnes refusent ce suivi médical ou souffrent d’anxiété à l’idée de se rendre à un rdv gynéco.

 

Que faire en cas de violence gynécologique ?

 

Il faut avant tout en parler, à votre entourage ou à un professionnel en qui vous avez confiance, ou dans des groupes de parole ou de soutien comme Femina Salvare sur Facebook.

En cas d’entrave à une IVG, de violence sexuelle, d’injures racistes, homophobes, etc, vous pouvez porter plainte en vous rendant dans un commissariat de la police ou auprès du conseil national de l'Ordre des médecins.

Vous pouvez aussi contacter l’Institut de recherche et d’actions pour la santé des femmes (IRASF) qui lutte contre les violences obstétricales et gynécologiques au sein du système de santé français et international.

 

éviter les violences gynécologiques

 

Bien préparer son rendez-vous gynécologique

 

C’est tout à fait normal qu’une consultation gynécologique vous stresse. Il faut bien avouer que ce n’est pas une partie de plaisir. Mais il est tout à fait possible de réduire vos angoisses. Comment ? En suivant nos conseils pour bien préparer votre rdv gynéco !

 

Le choix de votre professionnel/professionnelle

 

Pour éviter les violences gynécologiques, il est très important de ne pas consulter le premier gynéco trouvé sur internet. Nous vous conseillons fortement de consulter une personne qui vous a été vivement recommandée. Eh oui, le bouche-à-oreille, c’est parfois ce qu’il y a de mieux !

 

  • LE SAVIEZ-VOUS ? Le suivi de routine peut être réalisé par un/une gynécologue, mais également par une sage-femme ou votre médecin généraliste.

 

C’est votre droit de préférer consulter une femme plutôt qu’un homme afin d’être totalement en confiance. Il faut aussi savoir que vous aurez plus de chance de tomber sur une personne bienveillante en choisissant de jeunes gynécologues, sage-femmes ou médecins car la formation en gynécologie a changé. En effet, les violences et le consentement sont désormais mieux abordés en école de médecine par rapport à avant.

 

Ce qu’on attend d’un(e) gynécologue, sage-femme et médecin :

  • Fournir un coin tranquille à l’abri des regards pour qu’on puisse se déshabiller
  • Ne pas demander à ce qu’on se dénude entièrement (c’est soit le haut, soit le bas)
  • Couvrir au maximum le bassin avec un morceau de papier
  • Demander le consentement avant chaque examen
  • Expliquer chaque acte gynécologique et les annoncer avant de les faire
  • Demander si tout va bien pendant l’acte médical
  • Prendre en compte la douleur ressentie et arrêter l’acte si nécessaire
  • Ne pas faire de prescription (notamment de contraception) sans recherche de consentement
  • Ne pas faire de commentaires sur le physique, les choix de vie, les partenaires sexuels, etc.

 

préparer son rendez-vous gynécologique

 

Connaître le déroulement d’une consultation gynéco

 

Ce n’est jamais facile d’aller à un rendez-vous médical sans savoir à l’avance ce qu’il va s’y passer. Et comme ce n’est pas le genre d’endroit où on aime les surprises, on s’est dit que ce serait pas mal de vous décrire le plus précisément possible ce qui se passe lors d’un rendez-vous gynéco comme si vous y étiez (mais rassurez-vous, vous n’y êtes pas encore) !

 

Tout d’abord, sachez que dans n’importe quel cabinet médical, vous retrouverez un espace bureau et un espace examen (pour les actes gynécologiques), séparé ou non par un paravent.

Un rendez-vous gynécologique commence toujours par ce qu’on appelle l’anamnèse, c’est-à-dire une enquête sous forme de discussion entre vous et le/la spécialiste pour déterminer votre état de santé général : règles, sexualité, contraception, anatomie, antécédents familiaux.

Après cette discussion, il est possible que votre spécialiste vous recommande de faire un ou plusieurs examens.

 

  • LE SAVIEZ-VOUS ? Ces examens ne sont pas obligatoires.

 

examens gynécologiques de routine

 

Les actes gynécologiques les plus répandus

 

  1. Le toucher vaginal

Il s’agit d’un geste qui consiste à introduire deux doigts dans le vagin afin d’ausculter les organes pelviens en interne (vagin, utérus, col, ovaires).

  • Cet examen doit être réalisé avec des doigts gantés.
  • Cet examen n’est pas un geste aller-retour dans le vagin ni un toucher du gland du clitoris.
  • Cet examen ne doit pas durer plus de 5 minutes.
  • En général, cet examen n’est jamais réalisé sur des jeunes filles/femmes vierges.

 

  1. Le frottis

Le frottis consiste à frotter un coton-tige, une petite brosse ou une spatule contre le col de l’utérus afin de prélever des cellules pour qu’elles soient analysées.

  • Pour introduire le coton-tige, la brosse ou la spatule, il est nécessaire d’écarter les parois vaginales à l’aide d’un spéculum.
  • Le frottis pour prévenir et dépister un cancer du col de l’utérus n’est utile qu’à partir de 25 ans puis tous les 3 ans.

 

  1. La palpation de la poitrine

Comme son nom l’indique, cet examen consiste à palper les seins et les aisselles pour rechercher une éventuelle grosseur. Avec le plat de la main, le/la spécialiste parcoure tout le sein, va ensuite presser doucement les mamelons pour s’assurer qu’il n’y ait aucun écoulement anormal, et va enfin palper la zone des aisselles où se trouvent des ganglions.

  • Si vous avez plus de 30 ans, il est conseillé de faire une palpation chaque année, sinon cela n’est pas nécessaire sauf si vous ressentez une gêne quelconque.

 

  • LE SAVIEZ-VOUS ? La position classique pour se faire examiner les organes génitaux est une position allongée sur le dos, cuisses fléchies, pieds placés dans les étriers, et bassin bien au bord de la table. Mais il existe aussi la position en décubitus latéral. Couramment appelée position « à l’anglaise », celle-ci consiste à être allongée sur le côté avec la jambe au contact de la table étendue et l’autre repliée, un peu plus haut que dans la position latérale de sécurité.

 

comment préparer son rdv gynéco

 

Connaître votre environnement

 

Que ce soit le lieu, les honoraires ou les méthodes de paiement disponibles, pour éviter les mauvaises surprises, le mieux est d’avoir toutes ces informations bien avant le rendez-vous. Cela vous permettra de prévoir votre moyen de paiement, les papiers nécessaires ou encore votre itinéraire afin de ne pas arriver en retard (si cela vous angoisse).

 

Si vous souffrez d’un handicap, vous pouvez également appeler le cabinet pour en faire part à la secrétaire afin que tout soit préparé au mieux pour votre arrivée. Cela permet d’anticiper les modalités du rdv (durée, accessibilité, besoins particuliers, matériel adapté, etc.).

 

préparer son dossier gynécologique

 

 Se constituer un dossier gynécologique

 

Pour ne rien oublier, n’hésitez pas à réunir tous les papiers qui sont susceptibles de vous être demandés par le gynéco : résultats d’anciens examens ou encore antécédents médicaux.

Nous vous conseillons évidemment de vous faire un dossier spécifique pour votre santé gynécologique afin de retrouver toujours facilement et rapidement n’importe quel compte-rendu d’examen.

Vous pouvez également préparer vos questions à l’avance, en les notant sur un papier ou dans votre téléphone. S’il s’agit du premier rendez-vous de votre enfant, n’hésitez pas à lui demander quelles sont ses questions afin de les poser ensuite à sa place si c’est son souhait.

 

se relaxer avant un rdv gynécologique

 

Se préparer psychologiquement à un rendez-vous gynéco

 

  • Grâce à des solutions naturelles, vous pouvez calmer votre anxiété avant votre rendez-vous : écouter de la musique, lire un livre, faire de la méditation, prendre du CBD ou des huiles essentielles pour vous relaxer, etc.

 

  • Ayez du soutien si besoin. Vous pouvez tout à fait vous faire accompagner si vous le souhaitez. La personne ne sera pas forcément avec vous pendant un examen, mais peut être juste derrière le rideau.

 

  • Entraînez-vous à dire non ! N’hésitez pas à vous entraîner à refuser un acte médical ou à faire comprendre à votre gynéco que ses propos sont déplacés, car une fois devant le fait accompli, cela peut être malheureusement difficile de faire valoir ses droits.

 

se préparer à un rendez-vous gynécologique

 

Se préparer physiquement à un acte gynécologique

 

  • Préférez porter des vêtements confortables pour être 100% à l’aise, d’autant plus qu’une gêne peut se faire ressentir après l’examen.

 

  • Si vous ne souhaitez pas dévoiler votre intimité, pensez à porter une robe ou une jupe longue et ample ou à apporter un paréo pour vous couvrir. N’hésitez surtout pas à demander à votre gynéco de mettre un papier ou une couverture pour couvrir votre bassin si vous n’avez rien apporté. Sachez qu’il existe aujourd’hui une culotte gynécologique qui permet de ne pas avoir à se déshabiller : la culotte Imagyne par Gynove !

 

  • Prévoyez une protection intime pour certains examens. En effet, quelques actes gynécologiques peuvent causer des saignements. Vous pouvez donc anticiper cela en apportant votre propre protection ou en portant directement une culotte menstruelle par exemple.

 

Ce que vous n’avez pas besoin de faire :

  • vous épiler : vos poils ne sont en rien dérangeant pour aucun acte gynécologique.
  • nettoyer votre vagin : il ne faut jamais nettoyer et encore moins décaper l’intérieur de votre vagin, vous pouvez simplement vous doucher comme vous le faites habituellement.

 

  • LE SAVIEZ-VOUS ? Vos règles débarquent et vous pensez peut-être qu’il faut annuler votre rendez-vous, mais pas du tout ! Que ce soit le toucher vaginal ou le frottis, tous deux peuvent être pratiqués pendant les règles, si cela ne vous pose pas de problème.

 

Récapitulatif de vos droits

 

  • Vous pouvez consulter un gynécologue à n’importe quel âge et sans prévenir vos parents.
  • Vous pouvez dire non et quitter le cabinet si vous vous sentez mal à l’aise.
  • Vous pouvez refuser n’importe quel acte, l’examen peut être interrompu à tout moment.
  • Vous n’avez pas à accepter les remarques sexistes, racistes, grossophobes, validistes, classistes, homophobe ou transphobes.
  • Votre désir ou non désir d’enfants ne regarde que vous, et on ne peut pas vous imposer une contraception dont vous ne voulez pas.
  • Vous n’avez pas à répondre à des questions qui n’ont rien à voir avec votre santé sexuelle (poids, nombre de partenaires, orientation sexuelle ou romantique, etc.)
  • Si on vous donne une prescription, vous pouvez tout à fait demander un second avis à un autre gynéco avant de prendre la décision de la suivre ou non.
  • Vous avez tout à fait le droit de changer de gynéco si le dernier que vous avez vu ne vous convient pas. Rien ne vous oblige à voir le même professionnel.

 

Pour aller plus loin, nous vous conseillons cette BD très bien faite sur le suivi gynécologique : https://santebd.org/les-fiches-santebd/sexualite-contraception/gyneco-1-la-consultation-de-gynecologie