Le mansplaining, tout savoir sur ce concept féministe

 

Aujourd’hui nous allons parler d’un phénomène qui est au mieux agaçant, au pire, très énervant.

Vous savez, ce genre de concept dont on ne connait pas le nom, dont on ne sait même pas qu’il a été théorisé, et quand on le découvre on se dit : « Mais oui ! Mais c’est bien sûr ! »

 

Dans cet article, nous allons donc parler de « mansplaining »

De quoi ???

 

Mansplaining : la définition

 

Selon Wikipédia : « Le mansplaining (de l'anglais « man », homme, et « explaining », explication) est un concept féministe né dans les années 2010 qui désigne une situation où un homme explique à une femme quelque chose qu'elle sait déjà, voire dont elle est experte, sur un ton potentiellement paternaliste ou condescendant. »

 

En français, on peut trouver le terme « mecsplication », mais la palme revient à nos amies québécoises avec leur « pénisplication » !

Nous allons garder ici le terme « mansplaining » car il est le plus couramment employé, même dans les pays francophones.

 

Comment se manifeste le mansplaining ?

 

Même s’il part toujours de la même base (un homme pense que son avis sur une question est plus pertinent que celui d’une femme, même s’il s’agit du domaine d’expertise de la femme et non du sien), il peut se manifester de différentes façons :

 

  • Interruption de la parole d’une femme « spécialiste » par un homme « non-spécialiste » qui va donner son avis, et souvent même contredire sans avoir d’apport théorique ou de recherche sur le sujet.
  • Temps de parole monopolisé par des hommes sur des sujets qui concernent les femmes.

 

L’INA (Institut National de l’Audiovisuel) a réalisé une très grande étude sur la répartition du temps de parole entre les hommes et les femmes à la télévision et à la radio entre 2001 et 2018 et a pu arriver à la conclusion que le temps de parole des femmes était de la moitié de celui des hommes !

 

La moitié de la population étant composée de femmes, cela pose question, et encore, nous n’avons pas été creuser dans le détail le contenu de ce temps de parole.

 

stop mansplaining

 

Ces hommes qui savent mieux que les femmes ce qu’elles vivent

 

Bien sûr, ce phénomène s’applique particulièrement et saute aux yeux lorsqu’il s’agit d’aborder le féminisme.

Un grand nombre d’hommes a un avis sur le féminisme, jusqu’ici, pourquoi pas.

Mais beaucoup d’entre eux pensent que leur avis est plus pertinent que celui des femmes.

 

A ce sujet, les exemples se ramassent par centaines, mais le dernier en date illustre parfaitement la situation :

Le 4 juin dernier, la chaine de télévision Cnews a organisé un débat entre Eric Zemmour et Raphaël Enthoven intitulé : « Le féminisme va-t-il trop loin ? »

Qui mieux que deux hommes peuvent débattre de féminisme ? Visiblement Cnews n’a pas su répondre à cette question !

 

Mais cela n’est pas valable uniquement lorsque l’on parle de féminisme.

Nous avons aussi pu le constater lors d’autres débats de société de grande ampleur, tels que le port du voile ou la PMA pour toutes.

Combien de femmes concernées par ces problématiques avons-nous vues et entendues à l’écran ? Beaucoup trop peu, au regard du monopole de la parole par des hommes.

 

C’est comme si une personne blanche expliquait à une personne noire ce qu’on doit ressentir quand on est victime de racisme.

 

Et malheureusement, ce qu’il se passe dans les médias n’est que le reflet de ce que les femmes vivent au quotidien.

 

mansplaining au travail

 

Le mansplaining dans la vie de tous les jours

 

Au travail

Des chercheurs de l’Université Brigham Young et de Princeton ont fait une étude qui a démontré que 75% du temps de parole dans une réunion mixte était accaparé par les hommes.

Plusieurs recherches ont également mis en avant l’existence du « manterrupting », le fait que les hommes sont énormément plus nombreux à interrompre les femmes que l’inverse.

 

Dans la vie sociale

Le compte instagram @paye_ton_mansplaining est une pépite pour déceler le mansplaining dans la vie quotidienne !

Ainsi on peut retrouver :

  • Des femmes ayant un parcours en médecine spécialisé se faisant expliquer une pathologie par leur cousin qui a lu un article sur internet.
  • D’une manière générale, des femmes extrêmement spécialisées sur un sujet, se faisant expliquer leur domaine au niveau cours de primaire par des hommes complètement hors de ce domaine.
  • Des femmes se faisant expliquer tous les aspects de la grossesse par des hommes de leur entourage, etc…

 

Mention spéciale pour les femmes qui ont l’outrecuidance d’avoir des connaissances dans des domaines stéréotypés masculins (mécanique, physique, mathématiques, sport…) !

 

Le point commun de toutes ces situations, c’est que l’homme concerné part du principe que la femme en sait moins que lui.

En soi, c’est déjà gênant, mais même lorsque l’homme prend connaissance du niveau d’expertise de la femme, souvent il ne se met pas pour autant en retrait.

 

Que peut-on faire contre le mainsplaning ?

 

Lorsque cela est possible, on signifie à son interlocuteur qu’il nous a coupé la parole et on poursuit, ou bien que nous sommes légitimes à aborder tel sujet, et on poursuit !

C’est bien « poursuivre » qui est important, parce que malheureusement, comme on l’a vu, le temps de parole dans la société en général n’est pas également réparti.

Prenons notre place !

On se sent légitime !

Et cela surtout si :

  • Nous sommes concernées par la situation et pas notre interlocuteur.
  • Nous avons les compétences ou l’expérience dans le sujet évoqué.

Quoi qu’il en soit, notre avis compte !

 

lutter contre la mansplaining

 

Les femmes souffrent trop souvent du syndrôme de l’imposteur.

Si vous y êtes sujettes, rappelez-vous que la plupart des hommes trouveraient absolument normal qu’on leur demande leur avis sur le féminisme ou n’importe quelle problématique qui ne les concerne pas, à la place des femmes concernées.

 

En bref, nous sommes la moitié de la population, nos avis ont autant de valeur, donc occupons l’espace !